Accueil

HACKENBERG

Plan et descriptif  l’ouvrage

L'ouvrage est composé en surface de dix-sept blocs de combat, répartis en deux ailes (demi-ouvrages) de part et d'autre du relief, et de deux blocs d'entrée, avec en souterrain des magasins à munitions (un M 1 et plusieurs M 2), une usine (avec quatre groupes électrogènes SGCM de 350 chevaux) et une caserne, le tout relié par des galeries profondément enterrées. Ces galeries mesurent 10 kilomètres, répartis sur 160 hectares ; elles sont construites au minimum à 30 mètres de profondeur pour les protéger des bombardements.

Il est armé d'un total de 25 canons dont 7 canons antichar, 32 mitrailleuses et 59 fusil-mitrailleurs. Ses magasins ont une capacité de 79 700 obus et 3 519 000 cartouches de 7,50 mm, soit 850 tonnes de munitions[3].

1 040 soldats et 43 officiers vivaient à l’intérieur, appartenant au 153e régiment d’artillerie de position (RAP) et 164e régiment d’infanterie de forteresse (RIF).

Les blocs de l'aile est

Les blocs de l'aile ouest

  • Bloc 7 : casemate d'infanterie, jumeau du bloc 4 avec une tourelle de mitrailleuses, un créneau mixte pour JM/AC 37, un créneau pour JM et deux cloches GFM.
  • Bloc 8 : casemate d'artillerie de flanquement (vers l'ouest) avec trois créneaux pour canon de 75 mm modèle 1929 et deux cloches GFM.
  • Bloc 9 : ce curieux bloc d'artillerie est armé d'une tourelle de 135 mm et d'un créneau pour un autre lance-bombe de 135 mm flanquant vers l'ouest. Sa défense rapprochée est assurée par deux cloches GFM.
  • Bloc 10 : bloc d'artillerie avec une tourelle de 81 mm et deux cloches GFM.

Les blocs observatoires

Deux blocs observatoires sont situés sur la colline du Hackenberg qui a donné son nom à l'ouvrage, de part et d'autre de la chapelle construite à son sommet.

  • Bloc 11 : équipé d'une cloche observatoire à vision périscopique et d'une cloche GFM.
  • Bloc 12 : avec une cloche observatoire à vision périscopique et deux cloches GFM.

Les entrées

  • Entrée des munitions : cette entrée de plain-pied, à ravitaillement par voie ferrée (type A) est défendue par un créneau mixte pour JM/AC 37 et deux cloches GFM.
  • Entrée des hommes : cette entrée massive, de plain-pied également, est défendue par un créneau pour JM/AC 37, une cloche LG (lance-grenades) et deux cloches GFM.

Les blocs des fossés

Avec le Hochwald, le Hackenberg est le seul ouvrage de la Ligne avec un profond fossé antichars et un long mur d'escarpement. Ce fossé est défendu par les blocs 21 à 25, qui servent de coffres de fossé.

  • Bloc 21 : situé à l'extrémité orientale du fossé, ce bloc d'infanterie est doté d'un créneau JM/AC37, d'un 1 créneau JM, d'un créneau pour mortier de 50 mm et d'une cloche GFM
  • Bloc 22 : bloc d'infanterie dans l'angle est du fossé avec d'un créneau mixte pour JM/AC 37, une cloche JM et une cloche GFM.
  • Bloc 23 : petite casemate cuirassée avec deux cloches GFM et une cloche LG.
  • Bloc 24 : ce gros bloc d'infanterie dans l'angle occidental du fossé doté d'un créneau mixte pour JM/AC 37, d'un créneau pour JM, d'un créneau pour mortier de 50 mm et de deux cloches GFM.
  • Bloc 25 : bloc mixte pour la défense du fossé antichars avec un créneau pour un canon de 75 mm modèle R 1932, un créneau pour JM, un créneau pour mortier de 50 mm et une cloche GFM[4].

 

1 Entrée des munitions septembre 1940

 Le 9 septembre 1939, un détachement du 164 ème R.I. F (régiment du temps de guerre de l'infanterie de l'ouvrage) présente les armes au roi Georges VI et au général Gamelin en visite à l’ouvrage du Hackenberg. Commandé par le lieutenant LHuillierest , le piquet d’honneur est composé du porte fanion de l’ouvrage, de sa garde et d’une dizaine de soldats équipés du fusil modèle1907/15 m34 calibre 7,5 mm.

1A aujourd’hui

2 Entrée des munitions  hiver 1939/40

Photo d’une partie de l’équipage. Une  épaisse couche de neige recouvre l’entrée et met en valeur le camouflage appliqué sur le béton.

2A aujourd’hui

3 Tunnel  M1 munitions

 Un sous-officier guide la manœuvre. Les cassiers contenant les munitions sont  positionnés sur des wagons qui les emmèneront vers les postes de combat situés à environ 10km. Un casier vide en aluminium pèse environ 80 kg. Chargé d’obus, son poids varie entre 500 et  1 000 Kg. Les obus utilisés ont un calibre variant de 37 mm à 135 mm selon l’armement des tourelles et postes de tir.

3A aujourd’hui

Seule l’amorce du tunnel M1 est visitable. En novembre1944,  face à la pression américaine, les Allemands en quittant l’ouvrage, font exploser le reliquat des munitions entreposé dans le tunnel. L’explosion est si forte qu’elle engendre un éboulement  qui actuellement rend impossible la visite du tunnel M1. Un projet de travaux est en cours pour déblayer l’éboulis et rendre possible la visite de la totalité du tunnel M1.

4 Alvéole munitions

 Les munitions sont rangées selon leurs types dans des casiers. La manutention est facilitée par la présence de rails fixés au plafond sur lesquels coulissent des palans.

4A et 4b aujourd’hui

Différents types de munitions utilisés dans l’ouvrage sont présentés. Les palans installés il y presque 70 ans fonctionnent encore.

5 La porte para-souffle

Un dispositif installé sur la galerie principale permet d’isoler le magasin à munitions de la galerie qui mène à la caserne. Il s’agit d’une porte blindée composée de deux plaques d’acier entre lesquelles est coulé du béton. .Elle est maintenue ouverte par des crochets. Dès qu’un incident sérieux est décelé dans le magasin, un levier permet d’effacer les crochets et la porte se referme, d’une part grâce à l’action de deux ressorts bandés et d’autre part, par gravité (poids de la porte entre 7 et 13 tonnes). La durée de fermeture est de 5 à 7 secondes.

5A aujourd’hui

La porte présente une déformation importante. En 1940, les Allemands occupent l’ouvrage et le transforment en usine. Pour acheminer des machines-outils dans la caserne, ils sont obligés de découper une partie du montant métallique et d’araser une partie du béton.  Lors de l’explosion des munitions, la puissance et l’intensité du souffle se propageant dans l’ouvrage, furent si  fortes  que la porte se referma avec une telle violence et que la partie inférieure non maintenue par le chambranle se déforma

6  Matériel de 135 mm modèle 1932 de casemate

Les blocs 6 et 9 du Hackenberg sont équipés de lance bombe de 135 mm.

Bloc 6 2 lance-bombe sous tourelle n°107

Bloc 9 2 lance-bombe sous tourelle n°109 + 1 lb 135 sous casemate.

Caractéristiques

Portée : 5 600m

Cadence de tir : 6 cps/ mn

Longueur du tube : 1,145 m

Rayure à droite : 16

Poids approximatif : 288 kg

Pointage en direction : 45°

Pointage en hauteur : 0° à + 40

6A  aujourd’hui

Les démonstrations dynamiques sont réalisées dans le bloc 9.

Ce bloc est une casemate d’artillerie flanquant vers le nord. Il comprend : 1 créneau LB 135 mm, 1 tourelle de 2x LB135 mm, 2 cloches GFM. Il était commandé par le lieutenant Pfirsch.

 7 Entrée intérieure munitions

Cette photo prise dans la gare d’entrée des munitions résume le principe de ravitaillement des ouvrages par voie de 60. A droite stationne une rame extérieure de plates-formes modèle 1888 chargées de caisses de munitions. A gauche, la rame intérieure tractée par un locotracteur SW stationne sur la voie principale ce qui permet le transbordement.

7A le même endroit aujourd’hui

8 Cuisine

 

Les cuisines des gros ouvrages sont équipés d’un bloc de trois marmites calorifugées ‘à cuve inox : une première) de marque Cubain à fonctionnement électrique (3x14 Kw) . Différents appareils annexes, fours à rôtir, percolateurs, chauffe-eau et appareils Carbochlore complètent la cuisine. En mars 1940, huit chambres froides seront en cours d’installation dans les ouvrages de la RF de METZ. Le cliché représente la cuisine du fort de Rochonviller similaire à celle du Hackenberg.

8A La cuisine du Hackenberg mise en situation.

9 Usine électrique groupes SGCM

Le Hackenberg possède 4 groupes SGCM GVU particulièrement impressionnant. L’adjudant-chef Le Menn (à gauche) et le sergent-chef Henu (à droite) photographiés en 1939-1940 donnent une idée de la hauteur de ce matériel.

9A aujourd’hui

Les 4 groupes électrogènes sont toujours présents. Ils sont en parfait état de fonctionnement. L’ouvrage du HACKENBERG est classé ERP (établissement recevant du public), il est donc soumis aux règles de sécurité imposées par la législation en vigueur. Il doit donc être doté d’un éclairage de secours en cas de panne du réseau public. Ce sont ces groupes qui prennent le relai en cas d’incident. L’entretien est réalisé par des bénévoles et des séances de démarrage ont lieu régulièrement. Le démarrage d’un groupe est réalisé à l’aide d’une bouteille d’air comprimé.

10 Salle de commande des machines de ventilations

Le local des ventilateurs refoule l’air vicié à l’extérieur par une gaine d’évacuation aboutissant en façade de l’entrée des hommes

10A aujourd’hui

11 WAGON Mle 1888

Ce wagon fait partie du matériel roulant  (voie ferrée 60 cm) mis en œuvre pour le transport du ravitaillement entre la zone de déchargement extérieure des ouvrages et la zone de réception intérieure.

Caractéristiques

Longueur : 6,85 m

Largeur : 1,70 m

Poids : 3,5 t

Charge utile : 8 t

11A aujourd’hui

12 ANTENNE RADIO

Les émetteurs radio équipant les ouvrages avaient une puissance de 250 watts. Cette puissance importante pour des liaisons de faible portée (15 à 20 km) s’explique par les conditions défectueuses des installations antennaires. Elles sont généralement installées sur les façades arrière des entrées ou des blocs d’infanterie. Elles sont soutenues par des supports métalliques ou « potelets » hauts d’1 m et encastrés dans le mur à 0,30 cm des visières. Généralement supportées par 7 ou 8 potelets, les antennes développent une longueur de 14 m.

12A aujourd’hui

13 JUMELAGE DE MITAILLEUSES

Jumelage de mitrailleuses de 7,5 mm équipé de ses chargeurs camembert et de sa lunette de visée L638.

La mitrailleuse MAC 31 (manufacture d’armes de Châtellerault Mle 31) montés en jumelage, également dénommée jumelage Reibel du nom du général ayant fait adopter cet équipement le 16 octobre 1930, équipe les cloches de mitrailleuses, les tourelles et les créneaux d’infanterie sous béton. Le tir se fait par alternance des tubes afin de permettre le refroidissement des tubes. En régime accéléré, la cadence de tir pouvait atteindre 450cps/mn.

Caractéristiques

Calibre : 7,5 mm

Longueur hors tout : 1 030 mm

Longueur du canon : 600 mm

Alimentation : par boitier chargeur de 150 cartouches

Masse de l’arme : 11,8 kg

Vitesse pratique de tir : 750 cps/mn 

13A le modèle exposé au Hackenberg

14 CANON DE 47 mm Mle 1937

Le canon de 47 mm Mle 1937 de 50 calibre est certainement la meilleur pièce d’artillerie antichar en dotation dans l’armée française en 1940.

Adoptée tardivement par l’artillerie, il tire l’obus de rupture modèle 1937 de 1 670 g à V° 855m/s qui perce 56 mm d’acier à 1 000m.Equipé de roue à bandage plein, sa vitesse en traction sur route ne dépasse pas les 25 km/h.

14A ET 14B le modèle exposé au Hackenberg

15 CHAR FT 17 TSF

Environ 200 chars FT17 TSF furent livrés à l’armée française entre avril 1918 et aout 1919. Obsolète après 15 ans de service, ils trouvent un dernier emploi dans le cadre des régions fortifiées du Nord-Est. En aout 1934, 27 d’entre eux sont livrés à la 6 e, 7 e et 20 e région militaire. Puis en septembre 1937, 121 autres échoient aux 1re, 2e, 6e, 7e et 20e RM en tant que blockhaus observatoires fixes, à couler dans le béton. Il ne reste plus dès lors disponible qu’une cinquantaine de chars  TSF. Certains d’entre eux sont organisés, en novembre 1939, en section de trois appareils. Deux de ces sections, rattaché administrativement au dépôt de chars 504 de Valence sont mises à la disposition du secteur défensif de la Sarre.

Le char présenté sur la photo est utilisé comme tracteur agricole sur la ligne Maginot secteur de la 4e armée. A-t-il terminé sa carrière comme poste d’observation ?

15A Char FT17 TSF

Ce char FT17 TSF dégagé de sa gangue de béton est exposé au Hackenberg

16 Canon de 75 mm  modèle 1897

Ce ne sont pas des constructions neuves mais l'adaptation de 75 mm modèle 1897 aux impératifs des années 30, essentiellement la traction automobile. Prévu pour être remorqué par des chevaux, les canons de 75 (mis au point au XIX siècle), supportait mal le transport à plus grande vitesse. On entreprit donc de moderniser son affût dans les années 30, notamment en le dotant de pneumatiques, au lieu des roues en bois. Quand commence la guerre en 1939, seul 700 ont été ainsi convertis (sur un total de 4500).
Il subira encore une légère modification en 1940, pour remplacer le système de freinage de l'affût (donnant une désignation complète de "canon de 75mm modèle 1897 modifié 1938/1940").

16A et 16B le modèle exposé au Hackenberg

17 CANON ANTICHAR DE 25 MM

Vers le milieu des années 20, la société Hotchkiss présentait un canon antichar de 25 mm à très haute vitesse initiale (900m/s). Ce matériel adopté en 1934, fut fabriqué en série jusqu’en 1940, date à laquelle il équipait de nombreuses unités de l’armée française. Pouvant percer jusqu’à 40mm de blindage, il était capable de mettre hors de combat tous les chars allemands de l’époque. Environ 4500 canons de 25 mm modèle 34 furent livrés avant l’armistice de 1940

Caractéristiques

Calibre : 25 mm

Longueur hors tout : 3,71 m

Largeur de la voie : 1,05 m

Longueur du tube : 1,80 m

Poids : 480 kg

Vitesse initiale du projectile : 918 m/s

Pois du projectile : 320 g

Poids de la cartouche : 900gcadence de tir : 15 c/mn

Performance : perce 40 mm de blindage à 400m

17A et17 B le modèle exposé au Hackenberg

 

Sources : Hommes et ouvrages de la ligne Maginot Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel  Histoire et Collections

France 1940 l’armement terrestre Stéphane Ferrard E-T-A-I

Les matériels de l’armée française 1940 Stéphane Ferrard Lavauzelle

GBM n°97  Transmissions le « char signal » Renault FT TSF François Vauvilier

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ouvrage_du_Hackenberg

Documentation personnelle